Journal de Marche n°161 – du 1er au 25 janvier 2021

Journal de Marche n°161 – du 1er au 25 janvier 2021

La disparition de Marielle de Sarnez, collègue, mentor, « patronne », la semaine dernière, a naturellement bouleversé la reprise, en ce début d’année, de la publication de notre « Journal de Marche » par un numéro pour elle spécialement dédié.

Aussi, ce 161ème numéro reprend-il l’activité depuis les tous premiers jours de l’année après une trêve de Noël qui m’a permis de voir beaucoup de nos concitoyens, grâce à la survivance des marchés provençaux et des kiosques en bord de mer que nous avions créés avec Elie Brun. Gîtes de fortune, ils m’ont permis de donner un bon nombre de rendez-vous et le plaisir de partager un café sur fond d’air frais.

Cela m’a permis de mesurer à quel point une grande partie de la population, toujours silencieuse mais bien présente, comprend la gravité de la situation et le caractère contraignant du cortège de mesures prises en conséquence.

Alors qu’une immense Nation comme les États-Unis vient de dépasser plus de morts de la Covid-19 que de pertes lors de la seconde guerre mondiale, cette France de la raison et de la sagesse a compris que le plus important était de préserver des vies. Tous ont vu que les mécanismes d’aide et de soutien fonctionnaient et qu’à chaque cas particulier la mise en œuvre de la recherche d’une solution ne se faisait pas attendre.

Ces témoignages recueillis étaient réconfortants et permettaient de minimiser la portée bruyante mais finalement ridicule de ceux qui, du jour au lendemain, sont passés du non à la vaccination (pour rappel ma position dans l’édito du journal de marche n°159 ) à pourquoi ne sommes-nous pas encore vaccinés ?

C’est vrai que cela peut paraître lent mais regardons avec réalisme la situation : le monde doit produire en un temps record plus de 14 milliards de doses (2 par humain), autant de flacons contenants, de seringues et mettre en place la diffusion comme l’administration du remède.

14 milliards de doses ! Je le répète à l’attention de ces mêmes gueulards qui, bien sûr, voudraient que seuls les Français soient vaccinés.

14 milliards de doses, c’est ce dont nous avons besoin si nous voulons considérer l’Humanité.

Aussi, en ce début d’année, au-delà du souhait de respect de tout être, toute chose, culture que je formulais le 1er janvier, permettez-moi d’y ajouter le vœu que la vision globale des choses triomphe.

Que tous nous relevions le nez afin de voir plus loin.