Journal de Marche n°119 – du 18 au 24 janvier 2020

Journal de Marche n°119 – du 18 au 24 janvier 2020

En moins de six mois j’ai été fier d’accueillir dans ma circonscription de l’Est-Var le Président de la République Emmanuel Macron, le Premier ministre Édouard Philippe accompagné du ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer et enfin la ministre aux armées Florence Parly. Cela faisait longtemps qu’autant de personnalités régaliennes exerçant les plus hautes responsabilités de l’État ne nous avaient rendu un tel honneur.

Un engagement fiable et fidèle à leur côtés dans la transformation de notre société, comme une implication constante et rigoureuse dans les questions de défense et de mémoire ont porté leurs fruits.

Ces visites prestigieuses permettent d’ancrer un peu plus ce territoire au passé historique riche dans les hauts lieux de la République.

Au-delà de l’aspect prestigieux de ces visites il y a aussi le volet technique et concret. Ainsi la visite de Florence Parly s’est faite pour saluer notre régiment, le 21ème RIMa, avant son déploiement en Côte d’Ivoire et dans la Bande Sahélo-saharienne mais aussi pour confirmer qu’il serait l’un des tous premiers à percevoir les nouveaux véhicules Griffon, engins blindés de transports de troupes. Avec 24 unités à Fréjus et 22 à Draguignan, c’est un tiers des 128 qui seront livrées cette année qui atterriront dans l’Est-Var.

Ces bonnes nouvelles venant rejoindre celles que j’avais pu apporter lors du vote du budget en faisant inscrire en tant que rapporteur au titre des Anciens Combattants et de la Mémoire les travaux de réparation du Mémorial des Guerres en Indochine et l’inscription sur la liste des lieux de mémoires de l’État l’ossuaire du Pin de La Lègue.

Ainsi notre territoire s’inscrit visiblement dans l’attention particulière que lui portent les plus hautes autorités de la nation. C’est ce qui lui a valu les déplacements du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, de la numéro deux du Gouvernement, Elisabeth Borne et du ministre de l’agriculture Didier Guillaume après les inondations de fin d’année.

Aussi suis-je fier d’œuvrer sans cesse à cette reconnaissance de l’Est-Var et de contribuer à son inscription dans la politique régalienne de l’État.