Journal de Marche N°69 – du 1er au 7 décembre 2018

Publié par Philippe Michel-Kleisbauer le

Mes chers lecteurs, chers compatriotes,

En ces heures sombres, il nous appartient de nous mobiliser, afin qu’unis, nous protégions nos institutions, celles qui depuis le 4 octobre 1958 et l’avènement de la Véme République voulue par le Général De Gaulle, notre pays est devenu une vraie Démocratie.

Depuis trois semaines dans nos rues mais depuis bien plus de temps encore dans les réseaux sociaux et certains médias, les fossoyeurs de la République, les ennemis de la Démocratie sont à pieds d’œuvre pour la fouler et la mettre à terre.

Ces hommes et ces femmes qui depuis des années grossissent leurs rangs de haine contre les autres et qui veulent par la violence nous imposer un funeste projet.

Non que celui-ci soit élaboré ou aussi sophistiqué que notre République, car en vérité ils n’ont pas de projet.

Non qu’ils ne cherchent à rendre meilleurs ou, au mieux, moins pires nos jours prochains puisque c’est le chaos qu’ils visent.

Non qu’ils aient décidé de joindre leur énergie à l’effort de toutes celles et ceux qui travaillent, inlassablement, et qui, seuls, font vivre le pays.

Non qu’ils veuillent nous donner des libertés que nous n’aurions – en existe-t-il? – via puisque c’est par là force qu’ils veulent nous imposer leurs vues à court terme de chefaillons en quête d’une vengeance à toutes leurs frustrations.

Ces gens là nous les connaissons, cela fait longtemps que nous les voyons saccager tout à chaque manifestation, ciblant les symboles de leur haine: des voitures, des boutiques, des institutions.

Muer par une haine de l’autre savamment entretenue par des intellectuels, des médias, des politiques, qui ont installé une terrible mentalité dans notre pays, qui l’accable, l’étouffe.
Car aujourd’hui l’Etat est menacé à sa base alors qu’il a plus que jamais besoin de se renforcer sur ses missions régaliennes.

L’émergence de nouvelles velléités des puissances qui nous entourent menace la paix, notre paix.

La pression que subit la France, les attaques dont l’Europe fait l’objet, devrait nous mobiliser au lieu de voir nos décennies d’effort partir en fumée dans nos propres rues.

Mais, à cause de quelques bataillons d’individus, les vrais souffrances, indignités parfois, dont souffre un trop grand nombre de nos citoyens, qu’il est vraiment possible de corriger, se transforment en prétexte pour tout casser. Alors que nous devons écrire un nouveau pacte social dans lequel chacun puisse se retrouver, se sentir représenter, la violence se propage.

Cette violence ne sert pas à rien. Elle sert le destin funeste que les extrêmes politiques veulent nous infliger.

Aujourd’hui, plus que jamais, tous les républicains doivent s’unir autour des valeurs fondatrices de notre démocratie et les protéger.

Celles et ceux qui ont exprimé un vrai raz le bol d’un pays asphyxié par la réglementation excessive et trop de taxes ou impôts ont non seulement été entendus mais pris en compte. C’est pourquoi ils doivent rejoindre les rangs de la sagesse, de la confiance en nos institutions.

Elles seules sont garantes de toutes les avancées acquises dans l’effort et les larmes depuis des décennies.

Ensemble luttons contre l’obscurantisme, l’intolérance, le totalitarisme.

Catégories : Journaux de Marche